Biutiful

Biutiful

(Alejandro Gonzales Inarritu)

 

 

 

            Biutiful narre la vie quotidienne d’un homme, Uxbal (Javier Bardem). Il est impliqué dans l’exploitation de travailleurs chinois, il aide à la corruption de la police barcelonnaise, est dur avec sa famille… Jusqu’au jour ou il apprend qu’il a un cancer, et qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre. A partir de ce moment, il va essayer de racheter ses fautes, d’obtenir le pardon. Le scénario, solide, a de quoi séduire. Seulement, il faut que le reste soit à la hauteur. Et pour le bonheur du spectateur, il l’est. La réalisation est sublime, mettant en scène chaque jour rapprochant Uxbal de l’instant fatal. La mégapole, Barcelone, est loin des stéréotypes habituels. Elle est ici présentée sous ses aspects les plus sombres : ruelles étroites et ténébreuses, appartements miteux, plages désertes sous un ciel nuageux, tout est la pour amorcer le drame. Javier Bardem est magistral, il incarne son personnage à la perfection. Ses souffrances, ses angoisses, son histoire entre amour et haine avec sa femme, tout est interprété avec brio. Son histoire est poignante, mais le long-métrage ne s’arrête pas la. En plus de montrer la déchéance du protagoniste principal, il annonce déjà celle de ses enfants, confrontés à une vie terriblement difficile, dont on imagine sans peine la suite. Aucun personnage n’est éclipsé par le principal. Il s’agit en quelque sorte d’un cercle dont Uxbal est le centre, mais un cercle aux formes idéales. La tragédie que vit Uxbal se répand aux autres personnages, comme le cancer se répand dans son corps. Nombre de plans symboliques viennent compléter cette belle œuvre, qui cependant exagère un peu le drame. Le côté tragique est poussé trop loin, à l’extrême.

Biutiful fait partie de ces films dont on ne ressort pas indemne. Produit Hispano-mexicain, il prouve que l‘industrie américaine n’est pas la seule à produire du bon cinéma. Il est à l’image de son titre : il met en scène une éblouissante retranscription du destin d’un homme, qui restera pour longtemps dans les mémoires…

 

Biutiful :   17

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×