Un balcon sur la mer

Un balcon sur la mer

(Nicole Garcia)

 

 

            Marc est agent immobilier. Lors d’une grosse vente, il rencontre une femme, qu’il a l’impression de connaître. Lorsqu’il se rend compte qu’il s’agit de Cathy, son amie d’enfance de laquelle il était amoureux en Algérie, il va tout faire pour la retrouver. Mais il se rendra vite compte que les apparences sont trompeuses… Si Jean Dujardin est habitué aux comédies populaires, il change ici totalement de registre pour interpréter le personnage principal d’un drame qui a de bons éléments. Le scénario, sur le papier, est ambitieux. La réalisatrice va développer deux arcs, chacun tournant autour de Marc. Le premier le placera face à un choix cornélien : rejoindre la femme qu’il a toujours aimée, ou demeurer avec son épouse et sa fille. Les situations sont bien amenées, et les sentiments des personnages, proches du tragique, sont correctement retranscris par des acteurs inspirés (malgré une Sandrine Kiberlain transparente). Le second arc, original, est constitué de flash-back qui permettent au spectateur de comprendre le passé tourmenté de Marc en Algérie, lorsqu’il était encore enfant. Et si ces flash-back sont mal amenés, créant une confusion irritante, ils sont également trop nombreux. Certes ils permettent au spectateur de se rendre compte d’une imposture (qui ne sera pas développée ici, afin de ne pas dévoiler des moments clés de l’intrigue), mais ils empiètent sur les scènes du présent, qui restent les plus importantes. En outre, les allers-retours présent-passé peuvent vite devenir lassants, et traduisent un long-métrage brouillon, non finalisé. Mais ces flash-back ne constituent malheureusement pas le plus gros point noir de la production. Le scénario est ici trop développé, créant nombre d’intrigues parallèles (dont certaines sont difficilement compréhensibles, même après le visionnage). La réalisatrice semble elle-même perdue, et certaines scènes presque inutiles viennent compliquer un film déjà complexe. La compréhension n’en sera que plus difficile. Pour finir, la dernière scène se termine sans que certaines réponses ne soient apportées. Frustrante, elle laisse le spectateur sur sa faim, donnant à nouveau une impression d’un film non finalisé.

Un balcon sur la mer est un film français comme on aimerait en voir plus souvent. Original, bien interprété, il propose des scènes de qualité. Mais son aspect brouillon dû au scénario trop complexe pourra perdre le spectateur. A vouloir en faire trop, on finit par se perdre soi-même…

 

Un balcon sur la mer :  11

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site