True grit

True grit

(Joel Coen et Ethan Coen)

 

 

            Matie Ross est une jeune fille de quatorze ans, en plein XIXè siècle. Son père est assassiné par une crapule, qui s’enfuit ensuite. Pour le retrouver, elle engage un marshall alcoolique, Cogburn. Ils seront alors entraînés dans un voyage périlleux, et feront la rencontre de LaBoeuf, un ranger plutôt condescendant. On retrouve ici une adaptation d’une œuvre littéraire, qui avait déjà été interprétée dans les années 1960, avec John Wayne dans le rôle du marshall. Sauf qu’ici, ce sont les frères Coen qui sont aux commandes, et ça change tout. Le scénario reprend les bases du western classique (plutôt rare ces temps-ci). S’il ne brille pas par son originalité, il a cependant le mérite, sous la direction des frères, d’être frais et diablement efficace. Car en plus d’utiliser la formule classique, une pointe d’humour propre aux réalisateurs est présente, et se manifeste principalement chez le vieux marshall (Jeff Bridges, irrésistible). Il s’agit en quelque sorte de la cerise sur le gâteau, de l’ingrédient qui différencie le plat de tous les autres, et qui rend l’œuvre à la fois sérieuse mais pas trop, se réservant toujours le droit de surprendre. Concernant le casting, rien à redire. La jeune Hailee Steinfeld, pour qui ce film est le premier rôle au cinéma, est clairement une révélation. Elle cerne son personnage, adulte avant l’heure, avec une justesse incroyable, et tient tête aux deux acteurs principaux, pourtant parmi les plus réputés. Jeff Bridges, comme énoncé, cerne parfaitement le personnage, et parvient à mélanger avec habileté sérieux et comique. Concernant Matt Damon, il quitte le costume de héros du gouvernement contemporain si souvent porté pour s’installer dans un personnage très abouti. On sent qu’il prend plaisir à s’intégrer dans le film, et le spectateur prend lui aussi plaisir à se délecter des scènes en sa présence. Toutes ces qualités sont déjà impressionnantes, mais elles ne sont pas seules. Car l’aspect formel est tout aussi travaillé. Les frères usent d’une mise en scène sans failles, agréable et terriblement efficace pour nous retranscrire ce récit. En outre, les décors et la photographie sont d’une finesse impressionnante. Le moindre détail est travaillé, et la recherche réelle.

            True grit s’inscrit d’emblée comme un excellent cru des frères Coen. La production possède en effet tous les atouts : un casting idéal, un scénario enrichi de la patte des réalisateurs, une maîtrise artistique réelle, tout est réuni pour un film haut en émotions. Bravo messieurs.

 

True Grit : 18

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×